Les déceptions

 1 - Le cours de Provençal :

     

Le village de Brantes
Je conçois parfaitement qu'en faculté de Lettres d'Aix-en-Provence où j'allais en tant qu'auditeur libre, les cours dans les deux graphies soient dispensés sous une forme magistrale car ils doivent être conformes à un programme universitaire préétabli dans un temps bien réparti sur le déroulement d'une année en vue d'un examen.

      Par contre, dans le cadre de l'activité "Langue" d'une association, je trouve cette pédagogie complètement inadaptée. En effet, une personne s'inscrit à un cours pour apprendre à parler la langue en premier lieu et non, comme j'ai pu le constater à la faculté, pour "rapiha" quelques points supplémentaires en vue de l'obtention d'un examen de lettres de fin d'année.
     Je suis donc plutôt partisan de la méthode qui met les adhérents, dès le départ, dans une ambiance conversationnelle du parler provençal, facile à créer, me semble-t-il, compte tenu de ce que je connais un peu car, tous les dialectes de la Langue d'Oc étant des langues romanes, il n'est pas étrange de voir que beaucoup de leurs mots ont des racines communes avec celles du Français.


Le port de Cassis

     Je reste donc convaincu qu'un formateur, en choisissant son vocabulaire, un rythme adapté et en sollicitant ses élèves très souvent sur des sujets de la vie courante, peut plonger ses apprentis dans une immersion comme le sont les tout jeunes enfants avant qu'ils sachent écrire et lire. C'est la méthode la plus efficace pour commencer. Dans toute famille, au tout début, on ne parle pas aux tout jeunes enfants, de grammaire, de règles d'accents, de conjugaisons et que sais-je encore. Tout cela, c'est pour plus tard. On les fait parler, on les corrige, on leur explique simplement le sens des mots. Eh ! bien, ici c'est la même chose.

     De même, à ces cours de Provençal, il ne faut pas rabâcher et rabâcher, me semble-t-il, du Mistral, du Roumanille, du troubadour du Moyen Âge et que sais-je encore. Tout cela, c'est pour plus tard aussi. D'ailleurs, j'avais remarqué qu'à la troisième ou quatrième heure, sur sept ou huit que nous étions à suivre le cours, deux des jeunes filles avaient déjà fait "la cavalo", c'est dire le peu d'intérêt et le peu d'attrait que présentait l'enseignement.

     L'année suivante, le cours se redéroula à nouveau dans les mêmes conditions !... Bluck !...

2 - L'association folklorique  :


Le Moulin de Daudet
à Fontvielle

     Pour l'apprentissage du "Provençal", je n'ai pas trouvé dans cette association la grande motivation de ses responsables à laquelle on peut s'attendre. Oui, il y avait un cours de Provençal, probablement pour faire comme tout le monde !... Aucun effort n'était déployé pour proposer un endroit peu bruyant à défaut de silencieux, pas de matériel de classe, un tableau papier avec des marqueurs toujours défaillants : bref rien de bien attirant. La Langue ne semblait pas préoccuper leurs esprits plutôt portés à "bouleguer" les costumes, certes indispensables, et à chanter des chansons en provençal qu'aucun membre de la chorale ne comprenait.
     Je m'étais proposé de former un jeune à la rédaction de la gazette sur Internet à partir du micro-ordinateur de l'association pour une plus grande diffusion à moindre coût comptable. Je m'étais heurté à un refus poli du président qui ne voulait que "du papier" !...

     Mon adhésion dura une année et, ne voyant rien bouger, je quittai l'association en plein milieu de l'année suivante.

     Durant cette année là, je passais un mois à Eyguières, près des Alpilles, dans une maison de repos après un infarctus. Ayant trouvé porte de bois à l'association provençale locale du coin qui se trouvait tout juste à deux pas de là, j'y laissais un petit mot dans la boîte aux lettres. A la fin de mon séjour, je repartais sans avoir eu le moindre contact !...

3 - Les locuteurs de la Langue :

     

Un poulailler fort bien aménagé
J'entendais ou je lisais de ci, de là que dans le Pays d'Oc, il y avait, sur 14 à 15 millions d'habitants, 6 millions d'entre eux qui comprenaient leur dialecte dont 2 millions le parlaient et/ou l'écrivaient à peu près. On prétendait que dans ma ville, 400 à 500 locuteurs pouvaient être dénombrés. Eh bien !... la seule personne avec qui j'ai pu et peux encore parler le Provençal est un grand-père formidable de 85 ans maintenant, qui se prénomme Primo et qui m'a fait faire d'énormes progrès. Mais avec lui seul, pour des raisons de disponibilité de l'un et de l'autre, je ne peux me contenter que d'une petite langue "bargounejado". Par ailleurs, ce qui était loin de me déplaire, il m'imposait une attention plus soutenue car, ayant parlé la "variante maritime" du Provençal durant toute sa jeunesse et une bonne partie de sa période active, un bon nombre d'expressions et de termes revenaient dans son parler en rhodanien ce qui, par moment, m'obligeait, dans ses courriels surtout, à des recherches des plus intéressantes.

4 - Les forums de la Langue :

     Cherchant à m'ouvrir à d'autres parlers régionaux, je me connectai à des forums orientés vers les dialectes d'Oc auxquels j'ai participé en provençal rhodanien (graphie félibréenne) et en provençal central (graphie classique), en particulier le forum de "Langues occitanes" : "http://listes.cict.fr/wws/arc/list-oc".

     Personnellement je suis très attaché au Français. Comme je l'ai dit dans la page "le contexte", je ne suis pas un provençal de souche et puise mes origines familiales en Auvergne, en Languedoc et plus que probablement en Gascogne. Même si j'apprends le provençal qui couvre la région où j'habite et qui n'a pas de lien justement avec ces origines, je reste tout aussi attaché à tous les dialectes du Midi de la France.

     J'ai eu cependant quelques surprises sur ces forums. J'ai trouvé des messages d'une intolérance insoupçonnée de la part de gens qui se présentaient comme défenseurs de la Langue dans sa globalité. Certains messages se terminaient par la formule surprenante "Amistats occitanas, anarquistas e independentistas". Je tiens à l'unité de la France. Je conçois parfaitement que l'on puisse être indépendantiste mais alors pas du tout anarchiste. Certains avaient même écrit une constitution, formé un gouvernement, établi une liste de ministres et un programme politique !... J'ai découvert aussi des rivalités intestines que j'étais loin d'imaginer. On parle beaucoup d'occitan sur ces forums. J'ai toujours pensé que, l'Occitanie s'étendant de Bordeaux à Nice et de Carcassonne à Montluçon, tous les dialectes d'Oc avaient leur existence à part égale. En théorie peut-être mais pour ce que j'ai pu comprendre, cela ne m'a pas paru très évident. Certains, pour unifier un langage commun à toutes les régions, parlent "d'occitan large", pas autre chose en réalité que du languedocien ce qui provoquait des affrontements que je trouvaient assez stériles. Quand j'ai posé la question, on me répondit que le languedocien était la langue la plus proche de la référence commune. J'avoue humblement n'y rien comprendre, et je ne suis pas le seul. Bref, devant cette situation ténébreuse pour moi je gardais une certaine distance avec ce milieu sans pour autant cesser mon apprentissage tout en continuant à consulter ces forums pour les exercices qu'ils m'offraient.

5 - Les réactions sur le dictionnaire pluridialectal :

     Devant la compréhension approximative des messages de ces forums, je cherchai alors à trouver des dictionnaires et des grammaires de ces dialectes, en ligne car il était, pour moi, hors de question d'investir financièrement dans ce type de document comme je l'ai fait en Provençal. Je trouvai bien entendu des dictionnaires pour le languedocien (fréquemment appelé occitan !...), pour le nissard, pour le provençal sous FreeLang à télécharger.


Moustiers-Sainte-Marie

Le dictionnaire "PanOccitan" "http://www.panoccitan.org/", du reste vivement critiqué !... m'a en tout cas beaucoup servi pour les messages en Languedocien, plus riche que celui de FreeLang. Malheureusement, je n'ai rien trouvé pour l'auvergnat, le catalan, le limousin, le gascon, le vivaro-alpin.

     Sur ces forums, un bon nombre de messages sont écrits par des gens qui maîtrisent bien leur langue, responsables d'associations, professeurs, linguistes, lexicologues, etc... et qui, pour beaucoup, se désolaient de ne pas voir la Langue d'Oc se développer comme ils l'auraient souhaité.

     Devant cette difficulté de trouver en ligne ces dictionnaires et grammaires et voyant ces spécialistes de la Langue dépenser bien volontiers une belle énergie dans leurs interventions, j'ai pensé à un dictionnaire pluridialectal interactif pouvant être mis à jour en temps réel par des gens de cette compétences et aussi gratuit pour permettre au plus grand nombre - souvent peu fortunés, un frein surtout pour les écoliers et les étudiants - d'avoir à leur disposition le premier document indispensable et incontournable à l'apprentissage de leur dialecte. Par ailleurs, il me paraît indispensable de ne pas s'enfermer dans sa seule composante dialectale et d'avoir un contact avec toutes les autres qui forment toutes ensemble une grande partie de patrimoine culturel régional. Et finalement, s'il devait poindre un dialecte unifié, pourquoi ne pas permettre aux locuteurs, grâce à ces dictionnaires simultanément en ligne, de faire eux-mêmes les mélanges et laisser les pressions "osmotiques" s'exercer tout naturellement..

     Mais avant de le proposer, je devais m'assurer que l'idée était techniquement réalisable. Je me lançai alors dans l'apprentissage du langage PHP/MySQL pour réaliser la maquette d'un tel dictionnaire comme le montre de présent site. Je risquai alors la proposition sur le forum dans le message

"http://listes.cict.fr/wws/arc/list-oc/2006-04/msg00011.html"

     Mais quelle ne fut pas ma surprise quand je lus les réactions !... surtout de la part de gens qui pleuraient en permanence sur les difficultés de développement de la Langue et qui passaient pour être de grands spécialistes. J'avais eu la naïveté d'espérer que ces spécialistes, professeurs, linguistes et lexicologues, auraient pu s'intéresser à un tel dictionnaire pluridialectal qui offrait, ce qu'aucun n'offre actuellement, le moyen d'enrichir en temps réel leurs dialectes préférés, supprimant du même coup tout problème de versions d'édition pour le mettre gratuitement à la disposition de tout le monde. Je pense qu'un tel dictionnaire devrait être géré par un association ou un centre culturel de la Langue, plus solide à supporter la charge qu'un simple particulier. En effet, j'avais proposé de fournir gratuitement les modules écrits en langage source PHP pour leur permettre d'approfondir l'étude de la mise en oeuvre.

     Après quelques mois, personne, mais alors personne !... ne m'a demandé à être inscrit comme administrateur ne serait-ce que pour voir, par curiosité, comment tout cela marche.

     Par contre, les réactions ne se sont pas faites attendre comme si une telle idée pouvait attaquer de front des intérêts plus ou moins personnels en donnant manifestement l'impression que les explications données sur le site de la maquette ont été lues à la va-vite, superficiellement, voir pas lues du tout.

     Tant pis donc de ce côté-là, pour ma petite tentative avortée de contribution désintéressée au développement de la Langue !...

     Peut-être, n'ai-je pas été suffisamment adroit dans la présentation d'un tel projet, n'ayant pas mesuré à leurs justes valeurs toutes les rivalités et luttes d'influence existantes ? En particulier, le fait d'avoir mis cette maquette dans mon site personnel bilingue Français-Rhodanien n'a pas été peut-être très apprécié, cette composante mistralienne, péjorativement "patoisante" disent-ils, n'étant pas, semble-t-il, en odeur de sainteté dans ces milieux.

Alors que faire maintenant ?

     Par ailleurs, j'avais contacté des notoriétés du monde de la Langue et pas des moindres !... Aucune d'entre elles n'a daigné me répondre, ne serait-ce que pour me dire que l'idée était une "bourricado" !... Les seules réactions positives sont venus de gens comme moi qui ne peuvent pas faire grand chose en fin de compte. Ça ressasse sans cesse qu'il faut développer tous les dialectes. Ça fait des manifestations, à Carcassonne, à Béziers et je ne sais où encore, même en Arles pour contrecarrer ou concurrencer les premières, et tout ça, soit disant pour défendre une Langue d'Oc en perdition !...

     Personnellement, moi qui suis un "nouvelàri" de la Langue, qui n'ai aucun préjugé puisque je suis sensible aux différents dialectes des régions du Midi que je traverse souvent, ces comportements provoquent chez moi un grand désarroi. Je me suis senti assez mal à l'aise dans les quelques rassemblements auxquels je suis allé, par curiosité, alors que je me sens parfaitement chez moi partout en France surtout dans le Midi..

     Avant de proposer ce dictionnaire, je m'étais vu refuser la mise en ligne sur Internet de la "Grammaire du Verbe Provençal" de Bernard Giély, alors que ce magnifique volume n'était plus édité depuis un bon bout de temps. J'avais eu la grande chance de l'acheter 25 € lors d'une réédition limitée. Depuis, il ne l'est plus à nouveau que je sache. Sont-ce des raisons commerciales qui ont motivé ce refus ? Si c'est cela, alors la Langue ne pèse pas lourd finalement !...

     Mon premier réflexe avait été "d'envoyer tout cela paître". Mais pourquoi, en fin de compte, n'essayerais-je pas de continuer ce que j'ai commencé dans la maquette avec le provençal central et rhodanien par mes propres moyens ? Je pourrais alors poursuivre ma petite activité intellectuelle personnelle de retraité car j'ai un grand coup de coeur pour la Langue et que j'ai en fin de compte tout le temps d'abandonner le moment venu. Est-ce que ce dictionnaire pluridialectal réduit à ces deux variantes dialectales du provençal serait plus mauvais que ce que j'ai pu déjà voir ?

     Alors, convaincu et pour ce qu'il me reste encore d'enthousiasme, je continue malheureusement tout seul pour le rhodanien et le provençal central.... "plan-plan, plan-planet, pau(c) à cha pau(c)" ..... avec mes petits moyens, mes lacunes, mes insuffisances, mon inexpérience et le plus grand sérieux sans vouloir nuire à quiconque !....

---ooOoo---